Pourquoi choisir un(e) étranger(e) ? Peut-être, tout simplement, pour relever le défi de la différence : Prendre un partenaire de nationalité, de culture ou de religion différente est, d’une certaine façon, un défi à son milieu social d’origine, le besoin de trancher le lien familial devenu trop pesant, parfois inconsciemment, et mettre de la distance entre le couple formé et les familles d’origine.

C’est aussi éprouver le besoin de construire un couple radicalement différent… même si l’adaptation à un nouveau mode de vie, avec les bouleversements que cela peut comporter ne se fait pas facilement. Il faut apprendre à vivre entre deux cultures et non pas imposer à l’un ou l’autre une culture dominante.

Être un(e) immigrant(e) nécessite de s’adapter au mode de vie du pays d’accueil et cela passe par de nombreux changements, surtout que dans certaines cultures les rôles masculin et féminin sont très nettement déterminés alors qu’en Occident ils sont moins bien marqués.

De nos jours, un mariage sur trois est mixte.

Selon les chiffres  du ministère de la Justice, sur 275000 mariages célébrés chaque année en France, environs 50000 sont mixtes et 45000 unions, mixtes pour la plupart, sont célébrées à l’étranger. Proportion qui ne cesse d’augmenter.

Les pays d’Europe de l’Est ont également le vent en poupe, car dans certaines régions il y a un homme pour six femmes !

Les femmes russes en particulier souffrent d’un état de célibat difficile à rompre et des écoles de séduction leur apprennent à draguer, séduire ou comprendre la psychologie masculine avant de se livrer à « la chasse à l’homme » de leur vie.

On comprend ici tout l’intérêt d’internet où nombre de sites vantent le charme des femmes slaves.

Source : Trouver l’âme sœur, de Geneviève Madou. Ed. du Puits Fleuri